Cher pays de notre enfance

Davodeau_contenu

Cher pays de notre enfance, voici le titre du dernier album d’Étienne Davodeau ! La couverture, une giclée de sang sur un Charles de Gaulle en majesté, et un sous-titre digne d’un bon polar, Enquête sur les années de plomb de la Ve République, sont autant de raisons pour courir acheter et pour dévorer cette bande dessinée.

Un documentaire historique

Cosignée avec Benoît Collombat, journaliste à France Inter, cette enquête « dessinée » plonge le lecteur dans les années 1970, période sombre de la Ve République. Au fil des pages en noir et blanc, cette BD retrace l’assassinat du juge Renaud à Lyon, nous emmène à la rencontre du SAC (service d’action civique), association gaulliste aux méthodes peu orthodoxes, et dévoile les dernières heures du ministre Robert Boulin.

Rencontrer les témoins de l’époque

Au cours de cette investigation, Étienne Davodeau et Benoît Collombat retournent sur les lieux des faits, recherchent des indices, interrogent des témoins de cette époque. Les dessins révèlent les silences ou la gêne face aux questions. Cher pays de notre enfance est une association réussie du dessin et du journalisme.

Depuis plusieurs années, j’ai un petit faible pour les bandes dessinées documentaires. Cher pays de notre enfance confirme la richesse de ce genre : il permet de s’informer autrement.

 D’autres BD d’Étienne Davodeau

  • Lulu femme nue, métamorphose d’une femme qui plaque tout à la suite d’un énième entretien d’embauche ;
  • Les ignorants, récit d’une initiation croisée d’un dessinateur à l’art de la vigne et d’un vigneron à l’art de la BD.

Pour en savoir plus sur cette période

Chicago-sur-Rhône

2 Commentaires Cher pays de notre enfance

    1. Manuela 4 juin 2016 à 18 h 12 min

      Bonne lecture alors !!!

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *