Des enfants et des guêpes : les insectes piqueurs au contact des enfants

guêpe germanique abeille fronlon
Guêpes germaniques – Image libre de droits by Webandi, source pixabay.com

Quelle belle saison que l’été pour la vie de famille. Les enfants jouent à l’extérieur, dans le jardin et profitent de la piscine, tandis que les parents jardinent ou se prélassent sur la terrasse et les transats. C’est aussi la saison des barbecues, où nous ne manquons pas de consommer à foison de bons melons et autres fruits et légumes frais. Les températures augmentent de jour en jour et les plus actifs de la maison deviennent rapidement les insectes. Ces derniers, attirés par les bonnes odeurs de viandes et de fruits deviennent alors trop présents. Parmi ces insectes indésirables, il en est un qui représente une vraie nuisance pour toute la famille et en particulier pour les enfants : la guêpe.

Les deux principales sortes de guêpes en France

Nous avons en France au moins 6 variétés de guêpes très répandues. Certaines ont un caractère très pacifique quand deux d’entre elles peuvent représenter des nuisances :

  • La guêpe germanique : c’est la guêpe qui vient nous embêter à table. Elle aime le sucre et les protéines. Elle raffole du melon et de la viande grillée. C’est une guêpe trapue et rapide. La guêpe germanique fabrique son nid sous terre ou dans l’isolation d’une maison (dans l’épaisseur d’un mur, d’une toiture ou d’un plancher). La localisation d’un nid se traduit par la présence de guêpes, rentrant à un endroit très localisé en grand nombre. Le nid est toujours invisible de l’extérieur, car elles ont besoin d’être isolées dans un endroit où la température est constante. Elles affectionnent tout particulièrement les isolants soufflés tels que la ouate de cellulose ou la laine de verre en vrac ;
  • La guêpe poliste : c’est celle qui est trop présente au bord des piscines l’été. Elle vit principalement dans les tubes en ferraille et sous les tuiles exposées de préférence plein sud, car elle a besoin de beaucoup de chaleur pour faire grandir ses larves rapidement. En contrepartie, elle a besoin aux heures les plus chaudes de la journée de beaucoup d’eau. Pour conserver un environnement viable aux nids, elle fait donc des allers-retours entre un point d’eau et son nid. Elle dépose une goutte d’eau sur son nid, bat des ailes pour la faire évaporer, jouant ainsi le rôle de climatiseur. C’est une guêpe plus longiligne avec un fil entre le thorax et l’abdomen dont les pattes de derrière pendent quand elle vole.

L’enfant a peur de l’insecte

Nous avons tous une peur plus ou moins exacerbée des insectes piqueurs, que ce soient des abeilles, des frelons, des bourdons ou des guêpes. Cette phobie, si elle en est, une porte le nom d’apiphobie. Beaucoup d’enfants ont une peur panique des guêpes, ce qui entraîne des comportements qui peuvent gêner les activités familiales :

  • peur de déjeuner à l’extérieur, en terrasse ou sous les arbres ;
  • cris et mouvements de panique à l’approche d’un insecte, et parfois de tous les insectes par méconnaissance. On appelle cette peur plus générale l’entomophobie.

Si l’enfant s’est déjà fait piquer par un hyménoptère, il peut développer une panique plus ou moins brutale. Ainsi, l’enfant peut se mettre à hurler, à gesticuler avec des mouvements plus ou moins violents. Dans les cas extrêmes, la panique peut entraîner des difficultés respiratoires et une perte de connaissance. Les phobies peuvent se soigner par des méthodes cognitives et comportementales, ainsi que par l’hypnose ou un traitement homéopathique. La médecine du comportement peut aider votre enfant à mieux vivre ses phobies. Parlez-en à votre médecin.

L’insecte a peur de l’enfant

Les insectes sont des êtres vivants dont les sens sont affutés. Dans la nature, ce sont des proies. Pour une proie, la survie peut dépendre de plusieurs stratégies complémentaires que peuvent être la fuite et la protection par la dissuasion ou l’attaque. L’insecte n’a pas une peur de l’humain a priori. L’homme n’est pas pour lui un prédateur dans le milieu naturel. Les seuls moments où la guêpe va considérer l’humain comme dangereux est :

  • quand elle va se sentir menacée par un geste brusque ;
  • quand elle va se retrouver à côté de lui dans un moment de détresse (noyade ou contact involontaire avec un individu) ;
  • quand l’humain va se retrouver trop proche de sa progéniture donc de son nid.

L’extrême majorité des piqûres de guêpes arrive à proximité des nids. Il est donc bon de savoir où se situent ces nids.

guêpe fronlon abeille
Guêpe buvant de l’eau – Image libre de droits by Alexas_Fotos, source pixabay.com

Comment éviter la piqûre de guêpe ?

Nous avons vu quelles sont les conditions qui entraînent les risques de piqûres. Alors, comment éviter ces risques au maximum et profiter de l’été sereinement ?

Éviter de passer à proximité des nids

Les nids de Vespula germanica sont placés dans la terre ou les murs des maisons. Les principaux risques sont liés aux activités de plein air, jeux de ballon, entretien du jardin. Attention si vous voyez des guêpes rentrer à un endroit dans le sol. Le risque de piqûres multiple est bien présent ! Les nids de polistes peuvent être sous les tuiles du toit, dans les tubes creux en ferraille (étendages à linge par exemple), dans le mobilier de jardin en début de saison ou sous les lames en bois des terrasses autour des piscines. Si vous voyez des guêpes rentrer à ces endroits-là, informez  toute la famille des zones à éviter.

Avoir un comportement non agressif pour la guêpe

Nous le savons, la peur de ces insectes peut engendrer des comportements de panique de la part des adultes et des enfants. Ce sont ces gestes qui peuvent être considérés par les guêpes comme des agressions potentielles. Évitez de vous débattre et expliquez à vos enfants qu’il faut bouger le moins possible. Expliquez-leur aussi qu’il ne faut pas courir ou chahuter à proximité des nids repérés, sur les terrasses en bois ou en matériaux composites notamment. Les vibrations transmises par les matériaux sont considérées comme de vraies menaces pour les guêpes.

Le piégeage des guêpes

Des actions préventives peuvent être menées pour éviter l’invasion des guêpes avant l’été ou durant celui-ci. Le piégeage va limiter le nombre des individus. Vous allez agir directement sur la pression démographique de ces insectes et donc la fréquentation de ceux-ci autour de votre terrasse ou de votre piscine. De plus, les nids à proximité se développeront plus lentement, car ils seront moins alimentés. Le piégeage des guêpes germaniques s’effectue avec un appât à base de sucre du type :

  • 1/3 de bière brune ;
  • 1/3 de vin blanc ;
  • 1/3 de sirop de cassis.

Cette recette a fait ses preuves. En revanche, le piégeage des guêpes polistes est plus difficile. Il s’effectue avec simplement de l’eau dans un piège placé à l’ombre. Mais, si la guêpe a accès à une autre source d’eau, elle ne trouvera pas d’avantages à venir consommer celle du piège. Le piégeage est donc plus aléatoire.

Le traitement des nids : acheter une bombe ou faire appel à un professionnel ?

Au printemps et en début d’été, vous pouvez faire appel à une entreprise spécialisée guêpes-frelons pour le traitement préventif de vos toitures et terrasses. Le professionnel injectera un insecticide rémanent aux endroits à risque en matière d’installation d’essaims. Ce technicien formé vous donnera aussi de précieux conseils. S’il est déjà trop tard et que vous êtes envahi de guêpes, vous pouvez également faire appel à ce genre de société, qui viendra éliminer les nids. Peu importe où vous résidez, il y a forcément une entreprise de désinsectisation à proximité de chez vous. Consultez l’annuaire des entreprises de désinsectisation par département. Si vous repérez seulement un ou plusieurs petits nids de guêpes, il existe des bombes insecticides spéciales que vous pourrez utiliser (le matin à la fraîche de préférence). Ces aérosols se pulvérisent à 6 mètres et sont concentrés de manière à tuer quasi instantanément les insectes. Ne prenez tout de même aucun risque de vous faire piquer. Si vous les manquez, eux ne vous manqueront surement pas.

Mon enfant s’est fait piquer : comment réagir ?

Avant toute chose, il convient de le rassurer, en lui faisant voir qu’on a bien compris qu’il s’était fait piquer. Dites-lui que sa douleur est normale. Dédramatisez en lui disant que ce n’est pas grave, car vous savez quoi faire pour le soulager. La première chose à faire est de vous servir d’un aspi-venin si vous en avez un sous la main. Lisez rapidement la notice et aspirez le plus de venin possible. Le venin est thermolabile, c’est-à-dire qu’il se désactive en présence de chaleur. Il faudra donc exposer la zone piquée à une source de chaleur. Un sèche-cheveux ou un robinet d’eau chaude feront très bien l’affaire. À défaut, le bout d’une cigarette ou la flamme d’un briquet feront l’affaire, à condition de les laisser assez loin pour éviter tout risque de brûlure. Si la zone piquée gonfle rapidement, en cas de piqûre à la gorge ou à la tête ou encas de piqûres multiples, consultez un médecin le plus rapidement possible. Si l’enfant réagit brusquement avec une apparition de rougeurs sur tout le corps, des vomissements, un gonflement généralisé du visage et du corps, ou une perte de connaissance, administrez-lui les premiers secours et appelez le 15 ou le 18 sans tarder. Certaines personnes sont très allergiques aux piqûres d’hyménoptères. Ces piqûres peuvent entraîner des réactions brutales appelées « choc anaphylactique » allant de l’œdème de Quincke à l’arrêt cardio-respiratoire pouvant entraîner la mort. Dans tous les cas, ne paniquez pas, restez lucide pour adopter les gestes appropriés.

Ces quelques conseils vous permettront de mieux appréhender la présence de ces vilaines bêtes que sont les guêpes. Vous saurez dorénavant comment prévenir les invasions et comment réagir si vous êtes confronté aux guêpes. Vous savez aussi comment faire éradiquer ces insectes en cas de présence trop prononcée autour de votre terrasse ou piscine. Vous pouvez maintenant profiter de vos extérieurs en toute sérénité. Bon été à vous et à vos enfants !


Guillaume Castagné – rédacteur invité

Cet article a été écrit par Guillaume Castagné, spécialiste en désinsectisation depuis 15 ans. Il a fondé en 2006 l’entreprise ALLO FRELONS qui est spécialisée dans le traitement et l’élimination des nids de guêpes, frelons et frelons asiatiques dans 10 départements du Sud-Ouest. Pour voir le site internet d’ALLO FRELONS, cliquez ici.

L’été, Guillaume sillonne les routes du Tarn-et-Garonne, du Gers, de l’Aveyron, du Tarn notamment pour régler les problèmes d’insectes et de nuisibles. Il amène aujourd’hui son avis éclairé dans la lutte contre d’autres nuisibles.

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *