1944 : destruction des ponts de Lyon

Pont de l'Université Seconde guerre mondiale Lyon
Pont de l’Université – Lyon ©Famille Dusson

Pour enjamber ses deux « fleuves », Lyon s’est enrichi au fil du temps de nombreux ponts. D’une rive à l’autre, ils relient les différents quartiers de la ville. En septembre 1944, vingt-deux ponts ont été minés par la Wehrmacht. Les Lyonnais, comme la famille Dusson, ont immortalisé ces destructions grâce à la photographie.

1940-1944, destructions alliées et allemandes

Lyon connait très tôt, durant la seconde Guerre mondiale, des dommages matériels. Dès le 10 mai 1940, l’aviation allemande bombarde l’aéroport de Bron. En 1944, l’aviation alliée bombarde à son tour des points stratégiques à Lyon et dans son agglomération : aéroport de Bron, gare de Vaise, voies ferrées, dépôt de carburant au Port Rambaud… Enfin, le 2 septembre 1944, l’armée allemande, en déroute, décide de détruire les ponts lyonnais. L’objectif était de ralentir l’avancée des troupes alliées. Depuis la fin du mois d’août 1944, la Wehrmart avait d’ailleurs interdit la circulation sur les ponts.

Pont Lyon seconde guerre mondiale
Passerelles du Collège et du Palais de Justice – Lyon ©Famille Dusson

Dynamitage des ponts lyonnais

Avant de quitter Lyon, l’armée allemande va minutieusement miner les ponts de la ville. Du sud vers le nord, les ponts sur le Rhône tombent les uns après les autres. Le pont de la Guillotière, le plus vieux pont de Lyon sur le Rhône, verra l’une de ses arches détruites. Plus haut sur le fleuve, le pont Wilson résiste et les artificiers allemands sont obligés de s’y prendre à deux fois pour le détruire. La deuxième phase de l’opération concerne les ponts sur la Saône : le pont de l’Homme de la Roche ne sera pas détruit car il était défendu par des résistants. Comme le mentionnent les Archives de Lyon, seuls trois ponts résisteront à l’assaut de l’armée allemande.

Pont Lyon Seconde guerre mondiale
Pont Kitchener – Lyon ©Famille Dusson

Reconstruction des ponts de Lyon

Dès le lendemain de sa libération le 3 septembre 1944, Lyon s’organise pour reconstruire ses ponts, pour rétablir la circulation à l’intérieur de la ville. Ainsi, une structure métallique provisoire permet de réparer le pont de la Guillotière. Des ponts de bois vont aussi enjamber les « fleuves ». Un à un, tous les ponts de Lyon seront réparés. Seul le pont d’Ainay, sur la Saône, ne sera pas reconstruit. Devenu un pont fantôme, il est possible de voir les traces des culées de part et d’autre des rives de la Saône. Une plaque du côté de la Presqu’île nous apprend qu’il a été construit en 1899.

Pont Lyon seconde guerre mondiale
Pont de la Guillotière – Lyon ©Famille Dusson
Lyon Pont Seconde guerre mondiale
Pont Lafayette – Lyon ©Famille Dusson
Lyon pont seconde guerre mondiale
Passerelle Saint-Georges et Pont Mouton – Lyon ©Famille Dusson
Pont Lyon Seconde Guerre mondiale
Pont d’Ainay – Lyon ©Famille Dusson

Un grand merci à la famille Dusson de m’avoir permis d’utiliser ces clichés pour illustrer cet article et à Vanessa Brossard de me les avoir montrés. Ces photographies sont des témoins d’une des pages de l’histoire lyonnaise.

Pour mieux connaitre Lyon

Le Rhône et la Saône en statues

 

 

2 Commentaires 1944 : destruction des ponts de Lyon

  1. Lo Grasso 27 octobre 2016 à 18 h 16 min

    Je n’étais pas encore née en 1945, mais j’aime l’histoire de ma ville.

    Répondre
    1. Instants lyonnais 27 octobre 2016 à 18 h 26 min

      Nous avons beaucoup de chances : Lyon est une ville avec une histoire très riche !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *