Impressions premières

Impressions premières exposition Bibliothèque municipale de Lyon Partdieu manuscrits bible Gutenberg

Du 30 septembre 2016 au 21 janvier 2017, la Bibliothèque municipale de Lyon propose une exposition intitulée « Impressions premières – La page en révolution de Gutenberg à 1530 ». Fruit du partenariat avec la Bibliothèque universitaire de Leipzig, cette exposition présente au public une sélection de livres pour appréhender l’évolution de la mise en page des premiers livres imprimés. Une plongée dans l’histoire de l’imprimerie lyonnaise et européenne !

De l’apparition de l’imprimerie

Au début des années 1450, Gutenberg révolutionne la reproduction des livres grâce aux caractères mobiles. Avant l’apparition de l’imprimerie, les textes étaient recopiés dans les monastères, voire dans des cabinets laïcs dans les villes à partir de la fin du Moyen-Âge. L’exposition de la Bibliothèque municipale de Lyon s’ouvre avec le premier grand livre imprimé en Occident : la Bible de Gutenberg. Cette Bible est la traduction latine de Saint-Jérôme latine datant du IVème siècle, appelée aussi la Vulgate. Si l’imprimerie permet une mise en page plus harmonieuse et une plus grande régularité dans la présentation des pages, Gutenberg ne chamboule pas la mise en page utilisée dans les manuscrits médiévaux :

  • deux colonnes par page ;
  • utilisation de la lettre gothique ;
  • lettrine peinte : elle est réalisée après l’impression du texte ;
  • absence de numéro de page, de titre de chapitre, de paragraphe, d’alinéa…

Ainsi, même si les erreurs à la recopie disparaissent avec l’imprimerie, la mise en page est néanmoins compacte, peu aérée.

Du rôle des Humanistes

L’imprimerie va aussi changer le rapport aux textes. Les Humanistes vont essayer de retrouver les textes d’origine pour comprendre la logique grammaticale. Avant, au cours des XIIIème et XIVème siècles, les universitaires s’intéressaient à la logique du texte, en particulier Saint-Thomas d’Aquin. Ainsi, sur une même page se retrouvaient donc les textes bibliques encadrés de nombreux commentaires et explications. Les Humanistes s’opposent à ce type de présentation. Ainsi, Érasme, appelé le « Prince des Humanistes », propose en 1516 une traduction du Nouveau Testament du grec au latin : il juxtapose les deux textes sur une même page. Par honnêteté intellectuelle, Érasme ne met aucune note avec le texte biblique : il compile ses commentaires à la fin du livre.

Les Humanistes accordent aussi de l’importance à la ponctuation pour la rhétorique comme les Romains durant l’Antiquité. À partir de 1520, le caractère romain s’impose en France à l’initiative de François Ier. Ce caractère est considéré comme plus moderne que le caractère gothique. De plus, la présentation devient plus claire grâce aux paragraphes et alinéas. D’ailleurs, la traduction latine de la Bible par Sante Pagnini publiée à Lyon en 1526 est la première à numéroter les versets.

Les Protestants et l’imprimerie

L’apparition de l’imprimerie a un impact dans la diffusion des idées : elle a été une condition préalable à la Réforme protestante. Il devient possible de diffuser la Bible au plus grand nombre, dont des traductions en langues vernaculaires :

  • Luther traduit en allemand la Bible en 1522 ;
  • la Bible d’Olivétan, cousin de Calvin, est la version française de la Bible imprimée 1535 à Neufchâtel

D’ailleurs, à partir de 1534, suite à l’affaire des placard contre la messe, le roi François Ier s’oppose aux Protestants. Les Bibles protestantes publiées en France seront très neutres pour éviter les effets de la répression.

Même si quelques riches personnes commandent encore des manuscrits, après 1580, l’imprimerie a gagné la bataille contre les manuscrits. Cette exposition s’inscrit dans le patrimoine de Lyon qui était une des capitales européennes de l’imprimerie. Le musée de l’imprimerie, en Presqu’île, permet de prolonger cette aventure !

Informations pratiques

30, boulevard Vivier Merle
69003 LYON
04 78 62 18 10
Ouvert du mardi au vendredi de 10 h 00 à 19 h 00 et le samedi de 10 h 00 à 18 h00.
Exposition gratuite

Pour en savoir davantage sur le protestantisme lyonnais

À la découverte du Grand Temple

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *