Le Japon selon Amélie Nothomb

Amélie Nothomb Stupeur et tremblements

À chaque rentrée littéraire, Amélie Nothomb truste les plateaux télévisés, les rubriques littéraires. Il est bien difficile de lui échapper. Hygiène de l’assassin était, jusqu’à récemment, le seul roman que j’avais lu : je n’avais pas accroché à son univers. Pourtant, en recherche de lecture et de nouveauté, j’ai décidé de lire à nouveau du Amélie Nothomb avec Stupeur et tremblements.

Immersion au pays du Soleil levant

Enfant, la narratrice a vécu au Japon d’où elle a gardé des souvenirs nostalgiques. Adulte, elle réussit à se faire embaucher dans une entreprise japonaise, Yumimoto, comme interprète. Enchainant les gaffes, elle découvre un mode rigide et subit une déchéance professionnelle au point de devenir « dame pipi ».

En vérité, depuis ma nomination, aller aux toilettes de l’entreprise était devenu un acte politique.Amélie Nothomb

Satire du monde professionnel nippon

Avec ce roman, Amélie Nothomb dépeint les mentalités professionnelles japonaises à l’opposé de la culture occidentale : l’employé est au service de son entreprise, il doit atteindre la perfection. Quand ce dernier ne respecte pas les usages, il est mis peu à peu au ban de l’entreprise sans jamais être licencié. À lui de démissionner au risque de perdre son honneur !

Ne dites pas trop de mal de vous-même : on vous croirait.Amélie Nothomb

Une expérience d’Amélie Nothomb

Avec une immense drôlerie, Amélie Nothomb rend compte de cette expérience traumatisante qu’elle a vécue durant son séjour au Japon. De page en page, je me suis demandée jusqu’à quel point sa déchéance irait, comment l’individu pouvait accepter l’absurdité de l’autorité. Grâce à une écriture efficace, elle a su me tenir en haleine jusqu’au point final.

Un Japonais qui s’excuse pour de vrai, cela arrive environ une fois par siècle.Amélie Nothomb

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *