Se relire, enjeu de communication

orthographe se relire communication

Selon TextMaster, 90 % des e-mails contiennent des fautes d’orthographe. Candidats, étudiants, entreprises, chacun est concerné : toutes ces erreurs impactent votre crédibilité. Dès lors, accorder quelques minutes pour relire un e-mail, un dossier ou un site Internet est essentiel pour votre image.

Pourquoi se relire ?

J’ai posé cette question dernièrement lors d’une formation. Voici les réponses que j’ai eues :

  • enlever les fautes ;
  • vérifier si le contenu a du sens ;
  • éviter d’avoir oublié des mots ;
  • corriger la ponctuation ;
  • compléter et préciser ses idées ;
  • revoir la tournure des phrases ;
  • supprimer les répétitions ;
  • par principe !

Oui, se relire c’est un peu tout ça. Pourtant, même si nous sommes tous conscients de l’importance de cet acte, nous ne savons pas toujours comment nous y prendre.

Comment se relire ?

Une relecture efficace est une relecture qui se détache du sens du texte : regardez les mots et non les phrases ! En vous efforçant de percevoir votre texte avec cet œil neuf, vous pourrez mieux vérifier la chaine des accords. Lorsque nous sommes trop dans une lecture de sens, nous ne prêtons plus assez attention aux accords (masculin/féminin, singulier/pluriel). Pourtant, c’est primordial pour avoir une orthographe impeccable.

Vous pouvez aussi lire à l’envers. Au lieu de lire de gauche à droite et de haut en bas, redécouvrez votre texte en partant de la fin et en lisant de bas en haut et de droite à gauche. Cette solution est idéale pour ne plus prêter attention au sens du texte : elle s’applique particulièrement bien pour les lettres et pour les e-mails.

Enfin, mettez de la couleur ! Si vous n’arrivez pas à voir vos fautes d’orthographe, vous pouvez imprimer vos documents dans une couleur différente de celle de votre écran. Cela permet de changer votre regard sur votre texte.

Que faut-il vérifier alors ?

Dans l’un de mes précédents articles, je vous conseillais de vérifier les accords des noms, des adjectifs et des verbes. Cependant, la relecture va plus loin : c’est une vigilance de tous les instants ! Doublement de consonnes, accents, ponctuation sont quelques-uns des éléments à contrôler. En cas de doute sur l’orthographe d’un mot, jetez-vous sur le dictionnaire : lui seul saura vous aider !

À vous de jouer : corrigez les fautes d’orthographe !

Dans chacune de ces phrases, une faute s’est glissée. La voyez-vous ?

1- J’ai eu mon BTS ! Sa fait du bien !

2- Étant absente le jour de l’évaluation, je souhaiterai la rattraper.

3- Tu lui envois le chèque par la Poste.

4- J’ai du réinstaller tous les logiciels.

5- Suite aux différents e-mails que vous avez envoyé, je vous confirme ma venue.

P.S. : ces erreurs sont librement inspirés des e-mails que je reçois de la part des étudiants ! Les réponses sont juste après l’image.

orthographe se relire communication1- J’ai eu mon BTS ! Ça fait du bien !

Nous avons ici affaire à un homophone. Sa est un adjectif possessif comme son, ses… Nous le trouvons placer devant un nom (exemple : sa mère). Dans le cas présent, ça est un pronom démonstratif : vous pouvez le remplacer par cela. Donc en utilisant la technique de substitution, il parait incohérent de dire : Son fait du bien !

2- Étant absente le jour de l’évaluation, je souhaiterais la rattraper.

La première personne du singulier au futur et au conditionnel se prononce de la même manière mais un S final change tout le sens de la phrase. Le futur, comme son nom l’indique, parle d’une action future ; le conditionnel exprime une action incertaine. Ici, la personne fait une demande : elle peut se la voir refuser. Nous mettons donc du conditionnel. En cas de doute, la technique de substitution aide de nouveau à résoudre le problème. Transformez la phrase en conjuguant à la première personne du pluriel :

  • futur : nous souhaiterons ;
  • conditionnel : nous souhaiterions.

3- Tu lui envoies le chèque par la Poste.

C’est l’une des erreurs qui piquent les yeux ! Envoyer est un verbe du premier groupe (-er). Les terminaisons des verbes de ce groupe au présent de l’indicatif sont donc : -e, -es, -e, -ons, -ez, -ent.

4- J’ai réinstaller tous les logiciels.

Quand « dû » est le participe passé du verbe devoir, il prend un accent circonflexe. Attention, il perd cet accent quand il est au féminin et au pluriel (« due », « dus », « dues »). Ne le confondez pas avec l’article « du » qui est la forme contractée de « de + le »

5- Suite aux différents e-mails que vous avez envoyés, je vous confirme ma venue.

Vous souvenez-vous du chat et de la souris ? Oui, je vous parle bien de cet exemple utilisé par vos instituteurs pour vous expliquer l’accord du participe passé conjugué avec l’auxiliaire avoir. Rappelez-vous, il fallait poser la question « qui ? » ou « quoi ? » pour retrouver le COD dans la phrase. S’il était placé après le verbe, le participe passé ne s’accordait pas. S’il était placé avant le verbe, le participe passé s’accordait en genre et en nombre avec le COD. Dans cet exemple, le COD, « différents e-mails », est placé avant le verbe : le participe passé s’accorde donc en genre (masculin) et en nombre (pluriel) avec le COD.

 

2 Commentaires Se relire, enjeu de communication

  1. Jessica 6 novembre 2016 à 16 h 47 min

    Cela fait du bien de revoir toutes ces bases ! Je dois avouer que, depuis l’arrivée de l’ordinateur dans mon quotidien, je fais des fautes et ça me désole ! La conjugaison du verbe devoir avec ses dû est d’ailleurs l’un de mes points faibles. Merci pour ce rappel alors !

    Répondre
    1. Instants lyonnais 7 novembre 2016 à 13 h 05 min

      Merci pour ton retour. C’est vrai que le participe passé de devoir peut être compliqué…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *