Réussir son allaitement

allaitement bébé
Image libre de droits by badarsk, source pixabay.com

En octobre 2017, je me suis lancée dans l’aventure lactée et ce n’est pas peu dire ! Même si nous sommes toutes des mammifères (car nous avons des mamelles !), nous avons le choix entre biberonner notre bébé ou l’allaiter. Parfois, la décision est évidente pour certaines mères, d’autres se posent la question jusqu’au jour de la naissance de leur enfant.

Le projet d’allaitement

Faire la tétée d’accueil, allaiter jusqu’à la reprise du travail, faire un allaitement exclusif jusqu’à 6 mois, allaiter et travailler, allaiter jusqu’à 2 ans comme le recommande l’OMS, aller jusqu’au sevrage naturel… Pfff, il y a autant de projets d’allaitement que de mères et de bébés ! D’ailleurs, les projets peuvent évoluer. Rien ne doit être figé. Le tout est d’être en accord avec ses envies. Oui, je pense que c’est le plus important. Dans mon cas, je n’avais pas de projet bien précis : j’allais allaiter. Peu à peu s’est imposé à moi que je ne voulais pas donner de lait industriel à mon bébé. Le scandale de Lactalis n’a fait que confirmer ma position. Cependant, je devais reprendre le travail : le tire-lait est devenu mon meilleur ami (ou ennemi, selon les jours !). Combien de temps vais-je continuer à allaiter ? C’est une bonne question. Mon projet : donner le meilleur à mon enfant ! Quoi qu’il en soit, c’est votre projet d’allaitement (et du papa, tout de même, car il est un vrai soutien au quotidien !) et pas celui des autres. Vous rencontrerez toujours quelqu’un qui aura un avis bien précis sur la manière d’allaiter, la durée de l’allaitement… C’est un peu comme sur l’éducation : tout le monde a un avis sur tout 😉

Qu’est-ce que je mets dans mon assiette ?

Normalement, allaiter n’oblige pas à suivre un régime particulier. Néanmoins, observez votre bébé. Comme les nutriments passent dans votre lait, certains peuvent mal assimilés par votre bébé. Le lait de vache (fromage, yaourt…), les légumineuses (pois chiches), les choux… peuvent donner des maux de ventre à votre bébé. Si c’est le cas, supprimez ou diminuez ces aliments le tant que son système gastrique arrive à maturité (vers 6 mois).

Votre alimentation participe à la qualité de votre lactation : la bière (sans alcool), les amandes, le fenouil ou les dattes sont réputés comme étant galactogènes. Sur Internet, de nombreux articles vous listent les aliments conseillés ou à éviter quand on allaite.

Organiser son espace allaitement

Je vais être honnête avec vous (surtout si vous pratiquez comme moi l’allaitement à la demande – qui permet de maintenir une bonne lactation !) : les premières semaines, vous allez avoir l’impression de passer votre vie à allaiter. Pour vivre au mieux ce passage (car cela ne dure pas éternellement ! Ne me demandez pas une durée approximative : chaque bébé est différent !), il va falloir vous organiser un espace dédié pour rendre votre quotidien agréable (pensez à tester aussi à la maternité les différentes positions pour allaiter afin de trouver celle qui vous conviennent à tous les deux !) :

  • une gourde (oui, vous allez boire, boire, boire…) ;
  • un coussin d’allaitement : je l’ai utilisé environ 2 mois ;
  • une prise et une rallonge ou une batterie externe pour votre téléphone ;
  • une « bavouillette » pour nettoyer bébé (ou vous) lors des régurgitations (oui, c’est très glamour !) ;
  • de quoi grignoter car, souvent, bébé s’endort au sein quand il est tout minus.

Ajoutez à cette liste les coussinets d’allaitement et les coquillages d’allaitement. J’y ai consacré quelques lignes dans ma liste des essentiels à acheter avant l’arrivée de bébé 😉

Ce que j’aurais aimé savoir pour m’éviter des doutes

Allaiter peut être source de questions, de doutes. Même si l’une des séances de préparation à l’accouchement traite de l’allaitement, elle est loin d’être exhaustive. Bref, donc pas de panique dans les cas suivants :

  • les tétées groupées, en particulier le soir. Oui, oui, vous allez avoir l’impression d’avoir votre bébé greffé à votre nichon durant des heures le soir. Rien de plus normal : la qualité du lait évolue au cours de la journée : le soir, il est plus gras (donc plus nourrissant !) et demande aussi plus d’efforts pour téter. Donc, n’écoutez pas les mauvaises langues qui diront que, si bébé tète aussi souvent, c’est que votre lait n’est pas assez nourrissant !
  • les premières semaines, le sommeil de bébé et le rythme des tétées n’ont rien à voir avec votre rythme à vous (et ça peut durer assez longtemps !). Le ménage n’est pas fait ? Y a rien à manger ce soir ? Vous n’avez pas eu le temps de prendre une douche ? On s’en fiche : votre repos est important. Le papa ou la maman est aussi là pour vous soutenir, vous seconder : il saura prendre le relais pour assurer l’intendance de la maison. Donc, dormez quand bébé dort afin d’être en forme : c’est important pour bien allaiter ;
  • les pics de croissance : ils se situent à 3, 6 et 9 jours / semaines / mois. Certains bébés passent à travers de ces pics (disons que vous ne vous en rendez pas compte), d’autres seront accrochés à votre sein durant 1 à 3 jours généralement. De nouveau, cela ne veut pas du tout dire que votre lait n’est pas nourrissant : c’est un phénomène naturel qui permet, entre autres, de faire évoluer la qualité de votre lait aux besoins nutritionnels de votre bébé. La nature est bien faite 😉
  • votre bébé a faim toutes les heures ? Tout va bien, c’est normal : l’allaitement c’est à la demande ! D’ailleurs, les premières semaines, il est conseillé d’allaiter dès les premiers signes d’éveil.

En fait, le vrai conseil est de regarder son bébé au lieu de regarder sa montre !

Allaiter et reprendre le travail

Et la reprise du travail dans tout ça ? Eh oui, après plusieurs semaines à pouponner, l’heure de laisser votre bébé a sonné. Vous avez envie d’y aller comme de vous pendre et, en plus, vous vous demandez si c’est possible de continuer d’allaiter en reprenant le travail. Ma réponse : oui, c’est possible ! Le sevrage n’est pas une fatalité. Néanmoins, nous en revenons à votre projet d’allaitement : si vous souhaitez allaiter que quelques mois et sevrer votre bébé avant de reprendre le travail, la question ne se pose pas. En revanche, si, comme moi, vous désirez poursuivre l’allaitement, deux options s’offrent à vous :

  • lait industriel chez nounou ou à la crèche + « opennibard » quand bébé est avec vous ;
  • lait maternel chez nounou ou à la crèche + « opennibard » quand bébé est avec vous : dans ce deuxième cas de figure, le tire-lait sera votre allié pour fournir le précieux breuvage. Il va falloir vous organiser un peu mais c’est tout à fait possible de faire un allaitement exclusif en reprenant le travail. C’est ce que j’ai fait !

Quelques lectures

Comme nous le savons toutes, Internet est une mine d’informations (ou de conneries !). Finalement, seuls quelques sites Internet sont devenus mes références :

  • Lactissima, totalement dédié à l’allaitement et à la reprise du travail. Tenu par une consultante en lactation, il est tout bonnement indispensable pour trouver les bons conseils, connaitre les durées de conservation du lait maternel ;
  • Naitre et grandir est un site québécois (ne soyez pas surprise : leur vision est parfois bien différente de la vision française !) : il est ma référence pour tout ce qui concerne les soins, le développement… Il accompagne les parents durant toute l’enfance ;
  • La Leche League : au-delà du conflit entre les anti et les pro, La Leche League possède une vraie compétence en matière d’allaitement. Il faut juste savoir faire le tri et prendre les informations dont on a besoin.

Lors d’un échange avec une maman allaitante, j’ai découvert qu’il existait des groupes sur Facebook exclusivement dédiés à l’allaitement :

Pour celles qui aiment le papier, je vous recommande 3 livres :

  • L’allaitement maternel, la voie lactée de Claude-Suzanne Didierjean-Jouveau : c’est un tout petit livre qui promeut, en particulier, l’allaitement exclusif jusqu’à 6 mois et qui rappelle les bienfaits de l’allaitement pour l’enfant et, aussi, pour la mère ;
  • L’allaitement, de la naissance au sevrage du docteur Marie Thirion. Conseillé par ma sage-femme, ce livre est un vrai guide pratique pour se lancer dans l’aventure de l’allaitement. Je l’ai trouvé très complet : le fonctionnement de la lactation, les bonnes réponses à avoir pour faire face aux « racontars » liés à l’allaitement, des conseils pour bien commencer son allaitement le jour de la naissance… Surtout, il y a un point important que rappelle l’auteur : l’allaitement, c’est à la demande et non toutes les 3 heures comme on peut entendre parfois !
  • Manuel très illustré d’allaitement de Caroline Guillot. Ce livre est sorti quand mon allaitement était bien installé. Je n’y ai pas appris grand-chose de neuf : j’avais lu tout ce que je voulais savoir avant. Cependant, je le trouve super car il reprend tout ce qu’il faut savoir sur l’allaitement avec beaucoup de légèreté à la fois dans les mots et dans les illustrations. À mettre entre les mains des femmes (et les hommes !) qui veulent se renseigner sur l’allaitement sans se prendre la tête !

Et vous, avez-vous des conseils pour réussir un allaitement ? Laissez-les dans les commentaires.