Slow cosmétique

slow cosmétique naturel
Image libre de droits by Monfocus, source pixabay.com

Consommer autrement est devenu au fil des années une réflexion quotidienne, en particulier pour les produits cosmétiques. J’ai commencé à être vigilante au mode de fabrication : je ne veux pas d’expérimentations sur les animaux. Ensuite, j’ai regardé la composition : j’ai remplacé peu à peu mes cosmétiques par des équivalents bio. J’ai aussi banni l’huile de palme comme composant. En parallèle, j’ai entamé une démarche de limitation des déchets en adoptant les shampooings et savons solides tout en cherchant à consommer local. Bref, il n’y avait qu’un pas pour m’intéresser à la « Slow cosmétique ».

La Slow Cosmétique : aux origines

Au début des années 2000 est né en Italie le mouvement « Slow Food » en réaction à notre manière de vivre où tout va toujours plus vite. Cette démarche a eu un effet de ruissellement dans plusieurs domaines, en particulier la cosmétique avec la sortie en 2012 du livre Adoptez la Slow Cosmétique de Julien Kaibeck. Ce livre rencontre un grand succès car il répond à l’une des quêtes de nombre d’entre nous : la recherche de sens. Oui, nous voulons des produits sains et propres et nous émanciper des mastodontes de l’industrie cosmétique.

La Slow Cosmétique : une démarche engagée

La Slow Cosmétique est une démarche dont les principes fondateurs sont :

  • le respect de l’environnement : utiliser des ingrédients naturels et bios, exclure tout ingrédient issu de la pétrochimie et de l’exploitation animale, limiter notre impact sur l’environnement en privilégiant des produits locaux et le zéro déchet ;
  • le respect de la santé des êtres vivants en excluant tous les perturbateurs endocriniens et les produits toxiques ;
  • les gestes et les formules simples pour répondre aux besoins réels de la peau ;
  • la sincérité de la démarche : pas de fausses promesses, pas de greenwashing. La Slow Cosmétique promeut le respect des savoir-faire ancestraux et l’éthique à tous les niveaux de la production.

La Slow Cosmétique et mon portefeuille

Quand on parle de Slow Cosmétique, de bio et de consommation responsable, souvent on entend dire que ce n’est pas une démarche accessible à toutes les bourses. Faux ! Tout le monde peut adopter la Slow Cosmétique, que vous soyez adeptes de produits élaborés ou de produits home-made. Dans mon cas, je fais un mix entre produits faits maison et produits achetés dans le commerce. Mon objectif ? Avoir une salle de bain minimaliste ! Dans les faits, mon budget cosmétique a diminué tout en achetant des produits de très bonne qualité : je consomme moins et, surtout, mieux.

Ma salle de bain en mode Slow Cosmétique

Dans les faits, je cherche à la fois à réduire les déchets et à utiliser des produits simples. Cela donne donc :

  • les savons de Mandelines fabriqués à Lyon, marque lauréate Slow Cosmétique ;
  • le shampoing solide : j’ai testé la marque Secrets de Provence (située à Arles). Il y a aussi Douce Nature (située en Ardèche) qui propose ce type de produit. Si vous êtes adeptes du DIY, vous trouverez tout plein de recettes sur Internet pour réaliser vos propres shampoings solides ;
  • le dentifrice : je fais simple, je me lave les dents avec de l’huile de coco désodorisé qui a des vertus antibactériennes ;
  • les soins du visage : huile d’amande douce ou de noisette mélangée avec un tout petit peu de macérat de carotte pour un joli teint (merci Anne-Charlotte pour cette recette découverte lors de ton atelier de Slow Cosmétique) ;
  • le masque : un peu d’argile blanche diluée avec de l’eau pour avoir un teint frais ;
  • le gommage : ce sera le marc de café mélangé avec un peu d’eau (je n’ai pas encore testé car je termine mes gommages en tube). Ce sera l’occasion d’utiliser tout ce marc produit par la machine à café de mon mari !
  • l’aloe vera : pour les piqûres et les brûlures (que je conserve au frigo) ;
  • le beurre de karité comme baume à lèvres ou pour lutter contre les tiraillements de la peau.

Cette liste n’est pas exhaustive. Au fur et à mesure, je change mes habitudes. Et vous, avez-vous adopté la Slow Cosmétique ? Quels sont vos conseils ?

 

Ça peut aussi vous intéresser…

Passer au made in Lyon (ou presque) ?

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *